Version mobile

Quatre équipes mobiles d’appui à la scolarisation (Emas) ont vu le jour lors de la rentrée 2022 en métropole lilloise. L’une d’elles, gérée par l'association Les Papillons Blancs de Lille, intervient au sud-est de Lille.

En 2019, cinq équipes mobiles d’appui médico-social à la scolarisation (Emas) étaient créées à titre expérimental dans les Hauts-de-France. Leur objectif : favoriser l’inclusion scolaire des élèves avec des besoins particuliers et éviter les ruptures de parcours. Si elle est inscrite dans les textes de loi depuis 2005, l’ambition trouve parfois ses limites, faute de moyens adaptés. Afin de permettre à l’ensemble des établissements scolaires français de bénéficier de leur appui, 19 équipes ont été créées ou sont en passe de l’être dans la région en septembre 2022, portant leur nombre total à 24.

Au 1er septembre, ce sont donc 4 nouvelles Emas qui ont vu le jour dans la métropole lilloise. APF France Handicap pilote l’équipe qui intervient sur le territoire de Lille-centre, le Gapas celle de Lille-ouest, Les Papillons Blancs de Roubaix-Tourcoing sont en charge du territoire du même nom et l'association Les Papillons Blancs de Lille se concentre sur la zone Lille-est (cf carte).

L’école pour tous

Une éducatrice spécialisée et un psychologue forment l’équipe gérée par notre association et rattachée à l’IME Denise Legrix. Le binôme est susceptible d’intervenir auprès de l’ensemble de la communauté éducative avec, comme interlocuteurs privilégiés, les enseignants. « Il s’agit de déployer sur le terrain l’école inclusive, rendre effective la notion d’école pour tous, résume Bénédicte Clouet, directrice des IME Denise Legrix et Le Fromez et du Sessad. Depuis quelques années, les enseignants ont un module de formation initiale en lien avec le handicap de 25 heures. Une base souvent trop légère pour disposer des armes nécessaires pour accompagner des élèves avec des besoins éducatifs particuliers. »

Concrètement, lorsqu’un enseignant ou tout autre membre de la communauté éducative (AESH, psychologue, médecin scolaire, CPE, Atsem…) souhaitera faire appel à l’équipe, sa demande sera d’abord reçue par le directeur d’école ou chef d’établissement avant d’être transmise à l’Emas via l’inspecteur Education Nationale du bassin de vie. Les professionnels vérifieront, en fonction de chaque situation, que les dispositifs existants ont été sollicités (enseignants ressources, réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté et soutien aux enseignants…).

Informer, sensibiliser, soutenir

En complément de l’existant, l’équipe pourra intervenir pour répondre aux besoins d’information et de sensibilisation ou encore proposer appui et conseil en cas de difficulté avec un élève en situation de handicap. « Il pourra s’agir, par exemple, d’aider un enseignant à amener la notion de différence au sein de la classe, de l’aider à aménager sa classe, adapter ou mettre en place des outils pédagogiques pour un ou plusieurs enfants ou encore mettre en lumière les réseaux existants. Avec ce soutien, l’enseignant doit pouvoir se sentir plus en confiance pour poser les adaptations nécessaires afin que les enfants soient bien accueillis à l’école. »

De façon exceptionnelle, l’équipe pourra intervenir directement auprès de l’élève voire apporter une expertise à la MDPH dans l’élaboration d’une évaluation. Les élèves concernés ne bénéficieront donc pas nécessairement d’une orientation de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées.

Quel que soit le handicap

Chaque équipe interviendra quel que soit le handicap concerné par la demande, « d’où l’intérêt d’un projet porté à quatre associations sur le territoire de la métropole », souligne Bénédicte Clouet. Les 4 équipes se coordonneront, mutualiseront des outils, programmes de sensibilisation et pourront faire appel aux expertises spécifiques à chacune. Les binômes des Emas pourront également se rapprocher de professionnels au sein de structures médico-sociales (psychomotriciens, ergothérapeutes...) présentes sur les territoires.

De la maternelle au secondaire

Les professionnels de l’Education nationale et de l’enseignement agricole pourront solliciter les Emas, de la maternelle au secondaire, dans le public comme dans le privé. C’est toutefois à l’école primaire et à l’arrivée au collège que les besoins risquent d’être les plus importants, à des âges et dans des niveaux charnières.

Cette équipe viendra conforter le travail déjà entrepris par nos différents services tels que le Pôle Ressources Handicap et la mission petite enfance. 

Pour ne rien perdre de notre actualité ! N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux